13 mai 2016

Keywan Karimi is a 30-year-old Iranian filmmaker who has been sentenced by Iranian authorities to six years in jail and 223 lashes. His crime: practicing his profession as a filmmaker and showing the unofficial face of Iranian society.
A graduate from the University of Tehran, Keywan Karimi has studied communication and social sciences and participated in film directing workshops in Germany, Thailand and Russia. His short film Broken Border has received awards at various international festivals.  His last feature film, Writing on the City, is a documentary about graffiti and street slogans written on Tehran’s walls from the time of the 1979 revolution until the social movements of 2009, Karimi has no intention whatsoever to be provocative with this film, but it does symbolize today both his courage and the need for freedom of speech.
On the occasion of this 69th Festival de Cannes, we, filmmakers and professionals solemnly ask the Iranian authorities to grant clemency to Keyman Karimi.
We also ask all other governments to intervene on his behalf with the Iranian authorities. Time is running out.

It is completely unacceptable that through the simple act of expressing his artistic and critical outlook, Karimi should be on the list of artists, journalists and private citizens whose freedom – if not their life itself – has been taken by the Iranian authorities.

In the past, the Islamic Republic of Iran signed the Universal Declaration of Human Rights and the UN Covenant on Civil and Political Rights of 1966. Today, we deeply regret that Iran, a country with such a rich legacy, is turning its back on its own culture and history.

*

Cannes, May 13, 2016

*

CONTACTS :

ARP – Marc Legrand – mlegrand [@] larp.fr – +33 (0)1 53 42 40 01

Biennale di Venezia – Paolo Lughi – paolo.lughi [@] labiennale.org – +39 (0)41 52 18 857
BLOC / SRF – Hélène Rosiaux – hrosiaux [@] la-srf.fr – +33 (0)1 44 89 99 65

BLOC / SPI – Catherine Bertin – catherine [@] lespi.org – +33 (0)1 44 70 70 44

FERA – Pauline Durand-Vialle – pdv [@] filmdirectors.eu – +32 (0)491 52 49 04

SAA – James Taylor – j.taylor [@] saa-authors.eu – +32 (0)2 894 93 30

SACD – Pauline Ragot – pauline.RAGOT [@] sacd.fr – +33 (0)1 40 23 45 11

SCAM – Astrid Lockhart – astrid.lockhart [@] scam.fr – +33 (0)6 73 84 98 27

W&DW – Silvina Munich – silvina.munich [@] cisac.org – +33 (0)1 55 62 08 55

*

You can download this joint Press Release here.

*

Accademia del Cinema Italiano – Premi David di Donatello

ADAL – Latin American Audiovisual Directors Alliance

ARP – Société civile des Auteurs Réalisateurs Producteurs

La Biennale di Venezia – Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica

La Cinémathèque Française

DAC – Directores Argentinos Cinematográficos

European Film Academy

Le Festival de Cannes

FERA – Fédération Européenne des Réalisateurs de l’Audiovisuel

Groupe 25 Images

SAA – Société des Auteurs Audiovisuels

SACD – Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques

SCAM – Société Civile des Auteurs Multimédia

SFCC – Syndicat Français de la Critique de Cinéma

USPA – Union Syndicale des Producteurs Audiovisuels

W&DW – Writers and Directors Worldwide

BLOC – Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma :
ACID – Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion

APC – Association des Producteurs de Cinéma

DIRE – Distributeurs Indépendants Réunis Européens

GNCR – Groupement National des Cinémas de Recherche

La Guilde Française des Scénaristes

SDI – Syndicat des Distributeurs Indépendants

SFA-CGT – Syndicat Français des Artistes Interprètes

SFAAL – Syndicat Français des Agents Artistiques et Littéraires de l’Audiovisuel

et du Spectacle Vivant Dramatique

SNAC – Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs

SPFA – Syndicat des Producteurs de Films d’Animation

SPIAC CGT – Syndicat des Professionnels des Industries de l’Audiovisuel et du Cinéma

SPI – Syndicat des Producteurs Indépendants

SRF – Société des Réalisateurs de Films

UNEVI – Union de l’Édition Vidéographique Indépendante

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La grâce pour Keywan Karimi

 

Keywan Karimi, cinéaste iranien de 30 ans, a été condamné par les autorités iraniennes à six ans de prison et 223 coups de fouet.  Son crime : avoir exercé son métier de cinéaste, avoir montré le visage non officiel de la société iranienne.

Diplômé de l’université de Téhéran, Keywan Karimi a étudié les sciences sociales et la communication, et participé à des ateliers de réalisation en Allemagne, Thaïlande, Russie. Son court métrage Broken Border a été récompensé dans plusieurs festivals internationaux. Son dernier film Writing on the City, documentaire sur les graffitis et messages inscrits sur les murs de Téhéran depuis la révolution de 1979 jusqu’aux mouvements de 2009, loin de vouloir provoquer, symbolise pourtant aujourd’hui son courage, et la liberté d’expression.

A l’occasion de ce 69ème Festival de Cannes, cinéastes et professionnels demandent solennellement aux autorités iraniennes la grâce de Keywan Karimi.

Ils demandent également à tous les gouvernements d’intervenir auprès des autorités iraniennes. Le temps presse.

Nous ne pouvons accepter que, par le simple fait d’avoir exercé son seul regard artistique et critique, Keywan Karimi ait rejoint la trop longue liste des artistes, journalistes et citoyens privés, par les autorités iraniennes, de leur liberté, voire de leur vie.

Par le passé, la République Islamique d’Iran avait ratifié la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et le Pacte des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques de 1966. Aujourd’hui, nous regrettons profondément que l’Iran, pays d’une immense richesse, tourne ainsi le dos à la culture, et à sa propre histoire.

Cannes, le 13 mai 2016